(André Leon Talley, personnalité influente du monde de la mode)

Après des années de gloire aux gros bras pendant les années 80, ou les mecs carrés faisaient les beaux dans des polos Ralph Lauren, plus d'un se trouva dépourvu lorsque arriva la tendance du rockeur malingre et tatoué. Cette tendance de fond (veste ajustée-petites épaules-mèche sur les yeux) qui démarra dès le début des années 90 au Japon et en Grande-Bretagne déferla telle une vague de tsunami jusqu'aux coins les plus reculés de France et engloutit les rêves de bon nombre d'adolescents aux carrures de rugbymen. Même les stylistes furent décontenancés. Plus moyen de faire une ligne pointue pour mecs non filiformes. Comme pour la femme, tout ce qui n'était pas mince, était out.

Messieurs, ces années de turpitude semblent voir leur fin. Il est désormais cool d'être costaud, voir même gros. Hollywood et les magazines de mode l'attestent. Outre les deux premiers styles majeurs suivants qui ont fait leurs preuves, qui sont faciles à endosser et qui donnent un look et une allure cohérents, les hommes forts ont désormais du picotin pour updater leur style..

                                                                                   Le geek

Celui-là, c'est celui qui a tout compris. Habillé n'importe comment, même avec un Tshirt superman et une chemise de bûcheron, il fait branché. Il revient de loin. Il n'y a pas si longtemps, avec ou sans tâche de mayo sur le Tshirt, c'était le looser de service.

Modèles: Mouloud Achour, Jack Black, Zach Galifiniakis et bien d'autres...

                                                                                  Le casual


C'est souvent le premier uniforme de l'ado un peu carré qui ne peut pas comme ses copains avoir une mèche et une guitare électrique. Il s'emballe pour le style casual/british, engloutit des sommes folles chez Fred Perry, Stone Island et Burberry et choisit des copains baraqués comme lui. 

Modèles: les footeux, les hooligans les fachos... Là aussi il y en a beaucoup et quoi qu'on en pense, leur élégance scotche souvent.

Même respect pour le style des métalleux et des bikers. 

                                                                             Le branché


Ce n'est que passé la trentaine, que l'homme corpulent ou bedonnant s'accepte et se met en valeur. Ce n'est aussi qu'après des années à souffrir de ne pas avoir un corps d'Adonis que le gros récolte ses lauriers: il a enfin un style et une posture qui forcent le respect. 

Là ou il y a seulement quatre ans, on ne les voyait pas, des spécimen d'une rare élégance ont fait leur apparition. L'homme rond mais branché peut donc oser le minimalisme en costume sombre (dont on ne vantera jamais assez le don de mettre en valeur n'importe quelle silhouette) et le it-vêtement du moment, ici une chemise en popeline bleue, ou bien oser un style radical: ici le loup de mer ou vieux briscard en veste à double boutonnage qui contrairement à ce que l'on pourrait penser va très bien aux bedaines. 

Le style british/aristo est également le bienvenu. Rien ne vaut une veste en tweed et un gilet en pied de poule usé pour sublimer une corpulence même chez un homme jeune. 

Bref, c'est la meilleure piste.

Modèles: Fabien Baron, Philippe Noiret, Bruce Toussaint, Gianfranco Ferre... 

                                                                     Le rédacteur de mode


On assiste depuis peu à un phénomène curieux: le nombre de plus en plus grand de journalistes de mode habillés en grosse dame.  

Il n'y a pas un défilé de mode, un vernissage chic, une fête donnée par un magazine de mode où il n'y a pas un homme qui fait une entrée fracassante avec un sac à main ou un gros collier. Est-ce André Leon Talley qui a donné le la? Comme lui, ils peuvent se draper dans des manteaux amples ou un-quelque-chose-d'ethnique rapporté du Maroc. Mais j'en ai vu un qui osait le polo basique + chino avec-collier-de-maman. À chaque fois, le résultat est le même: les femmes les admirent et s'enquièrent de l'origine de leurs bijoux ou de leur sac... C'est une option risquée mais incontestablement rentable pour qui veut se faire remarquer.

Modèles: André Leon Talley of course, quand aux autres, impossible de connaître leurs noms mais vous les reconnaîtrez aux sorties des défilés..